bandeau01
bandeau02
bandeau03
bandeau04
bandeau05
bandeau06
bandeau07
bandeau08
bandeau09
bandeau10

Planning 2018 (pdf)

CCJ11-JPB-Gouffre_d_Enfer_65_300.jpg

Les secteurs

8-9/09/2018 - WE découverte au Caroux
Écrit par Pierre   

Départ le samedi matin pour le week-end d'oxygénation après la rentrée des classes. C'est un séjour découverte, avec de nouveaux venus, des revenants  et des anciens. Au pays de Pascale et Michel, les historiques du club. Il manquait juste Bernard comme régional de l'étape, avec sa charcuterie qui se déguste sans retenue et son Baccardi qui passe parfois avec plus de difficultés…

Le covoiturage s'est organisé avec quelques dizaines de mails. Le camion d'aventurier de Guerric et Lydia: on arrive sur les lieux. Pendant le trajet, répertoire de Joe Dassin, Pierre Bachelet (au noooooord, c'étaient les ccccccorons, la teeeeeerrre c'était le charbon etc...), arrosé d'un soupçon de heavy metal pour pimenter l'ambiance. Papotages: les garçons devant et les filles derrières (Serions nous un peu macho ?).

Rassemblement sur site, quelques coups de fil pour amener tout le monde au parking et départ vers le Vialais. Pas trop tôt heureusement.

On enfile les combards (le premier jour elles sont sèches, c'est plus smart). On fixe les bodards. Casques, godillots, la bouffe dans les bidons. C'est complet, On se jette dans la marche d'approche. Les groupes se répartissent par connaissance, affinité, rythme de marche. Je me fixe avec Marcel notre franco-polonais: avenir de l'Europe, les rapports entre la Pologne et la Russie ou l'Allemagne. Les procédures à la con pour obtenir un passeport français alors qu'on est parfaitement intégré au pays (je sais, j'ai un cousin Moldave).
Le paysage défile d'un bon pas sur un large chemin.

Mince (pour ne pas dire m....), une partie du groupe a pris un autre sentier. Caro pique un sprint et rassemble rapidement la fine équipe, jusqu'à un belvédère, pour une petite pause: gorgée d'eau et barres de céréales pour les plus goulus dont je fais partie.

La descente vers le Vialais est assez vertigineuse. Les guides touristiques annoncent le Caroux comme une petite Corse posée dans le Languedoc. C'est exactement ça. On est un peu dans le maquis. A l'approche, le niveau d'eau se précise, ben y'en n'a pas beaucoup. Tant pis. Cela ne nous coupe pas l'appétit pour le pique nique. Caro fête sa première sortie en tant qu'encadrante brevetée avec du Rhum arrangé, proposé dans de petits tubes à essais, très raisonnables. Alcool et canyon ne font pas bon ménage: c'est dommage, il était bien bon ce petit Rhum arrangé. J'en aurai bien pris une petite lampée de plus…

Souvenir, souvenir. J'avais déjà fait le Vialais, il y a une petite trentaine d'année en colonie de vacances des PTT (entreprise publique de Poste, Télégraphe et Téléphone, passée à la trappe de la modernité). Certains membres du groupe n'étaient même pas nés. C'était alors avec un équipement de spationaute: combinaison, sur-combinaison intégrale et attirail de spéléo. Les souvenirs du site me reviendront confusément pendant la descente.

Que dire du parcours: un blocage de la corde de rappel sur un plan incliné. On n'a toujours pas compris pourquoi (promis, c'était pas le mauvais brin qu'on tirait). Mais, Guerric a courageusement fait la remontée sur corde et le groupe est reparti dans l'étroiture suivante.
Un beau saut (ou rappel) dans une large vasque bien profonde après une petite main courante. Le niveau d'eau rend la progression assez facile.

On sort peinard. On s'installe au camping : montage des tentes, aménagement du camion couchette chez Guerric et Lydia, gonflage de matelas.
Et hop, direct au resto avec apéro pour commencer et bon repas bien copieux. On partage nos souvenirs de canyonneurs.
 Puis au dodo, en silence, repus, dans l'ambiance feutrée de cette fin d'été. Caro dort à la belle étoile. Il y avait quand même un peu de rosée le matin. Personnellement, je ne troquerais pas un réveil mouillé pour le plaisir de s'endormir sous un ciel étoilé. Mais, Caro est maintenant encadrante canyon, donc par construction, elle doit bien aimer l'eau froide non ?

Le lendemain c'est les gorges du Banquet. On nous annonce un dernier obstacle mythique. J'intègre pas trop l'information: commençons par profiter du site, de l'eau, du soleil. Le pique nique se fait à l'entrée d'un coude impressionnant de la rivière: presque à 180° autour d'un promontoire rocheux, surmonté d'un belvédère au garde fou rouillé, qu'on ira découvrir à la fin de la journée. Au dessus de nos têtes un funambule tente de traverser la gorge sur un fil: il a l'air d'en baver. Au milieu, il se ramasse, reste un moment suspendu par sa longe d'assurance puis remonte courageusement.

Ensuite, un petit saut optionnel sur la rive droite, pas trop haut, deux ou trois mètres. Pascale est devant moi, elle refait ses lacets. Je regarde la zone: bien délimitée, large, sans danger, bordée de touffes d'herbes. Il me prend l'envie irrépressible de sauter. De faire un putain de saut, avec un appel monstrueux pour faire péter la rivière. Je me sens bien. J'envoie la purée de tous mes muscles de quarantenaire… La touffe d'herbe ne reposait sur rien, mon pied d'appel rencontre du vide. Je m'explose sans maîtrise dans l'eau. Indemne mais vaguement décontenancé. Le groupe se rapproche. Et là se produit le pire: Pascale me fait les gros yeux. Vous avez déjà vu Pascale vous faire les gros yeux ? Pas très agréable, on se sent un peu s'enfoncer sous terre. Michel, tu confirmes ?

Bref, leçon à retenir. Même quand vous vous sentez bien, ça reste un sport à risque. Et si il vous prend l'envie de faire péter la rivière, réfléchissez un peu plus que la demi seconde que je m'étais accordée pour analyser l'environnement.

Et enfin, le dernier obstacle. On arrive les premiers avec Nico. Au milieu, il y a une marmite de 2 mètres de profondeur avec un échappatoire au ras de l'eau en aval, qui forme une sorte d'arche. L'eau s'engage en vrombissant dans le trou. Derrière: une vasque bouillonnante et un toboggan tape-cul pour finir. Nico me montre la marmite: "c'est par là". On se marre. Moi vivant, j'irai jamais dans ce truc. Mais, Pascale nous confirme bien le parcours: il faut sauter dans le trou. Stupeur, on se rappelle des discussions des encadrants au sujet du dernier obstacle. On confirme, c'est bien du lourd. Un truc qu'on ne peut faire que dans du canyon. Le genre de chose qui nous fait apprécier ce sport.

On passe les uns après les autres, une fois, deux fois. On désacralise l'obstacle qui nous parait finalement humain. Une pensée quand même pour le premier qui a osé se jeter là dedans pour rédiger le topo… Je me fais du souci pour sa santé mentale (j'espère que c'est pas Jean Phi…).

La marche de retour termine le week end avec d'autres discussions. On aborde les professions et la vie de ceux qu'on connait mal. Une d'équipe. Retour aux voitures, tristesse du départ. En avant pour le plus pénible: le voyage de retour.



Canyons parcourus :

Le Vialais

Les gorges du Banquet



 
 
CCJ06-Verdon_02_300.jpg